Français
  • Français
  • English
  • Español
  • Deutsch
  • 中国人

Le Kosovo est l'un des plus jeunes pays d'Europe. C'est une destination émergente qui charme ses visiteurs par sa richesse culturelle et son accueil émouvant. Ses paysages bruts et peu explorés en font une destination de choix pour s’éloigner des sentiers battus.Ce petit État, comparable en taille à l'Île-de-France, est encadré par la Serbie, la Macédoine du Nord, l'Albanie et le Monténégro. Bien que non reconnu officiellement par l'ONU et l'UE, le Kosovo est accessible aux touristes français.

La nature y règne en maître avec de vastes espaces et des massifs montagneux époustouflants. 10 % du territoire est même classé en parc naturel national !

Immergez-vous dans l'histoire riche et douloureuse du pays et visitez les plus beaux sites. Son passé tumultueux est visible à chaque coin de rue, notamment à travers des mémoriaux dédiés aux victimes de la guerre de 1999. Cependant, la stabilité est revenue avec l'indépendance déclarée en 2008. Les meilleurs hébergements vous y attendent ! Les opportunités pour la randonnée abondent et les monastères serbes du XIIIe siècle sont à couper le souffle.

Son patrimoine culturel riche et diversifié s'étend de l'influence ottomane à l'héritage médiéval serbe. La ville de Pristina, la capitale, est le cœur palpitant de cette jeune nation. Ici, des mosquées anciennes se dressent à côté de bâtiments modernes, ce qui crée un paysage urbain très éclectique. Et n'oubliez pas de visiter le musée ethnographique pour plonger dans la culture et l'histoire locales. Malgré son passé tumultueux, le Kosovo a préservé de nombreux monuments. La Mosquée Fatih et la cathédrale Mère Teresa cohabitent en harmonie, reflétant la diversité religieuse du pays. La bibliothèque nationale se démarque également avec son architecture atypique d'influence soviétique. La ville de Prizren est un véritable musée à ciel ouvert. Son ancienne forteresse offre une vue panoramique sur la ville et les montagnes environnantes. Et, pour les amoureux de la nature, le parc national de Bjeshkët e Nemuna (les Alpes Albanaises) sont incroyables.

Enfin, découvrez un mélange de saveurs balkaniques et méditerranéennes dans les restaurants du Kosovo. La flija, une sorte de crêpe à plusieurs couches, est un incontournable, tout comme les kebabs et les pitas. D'une hospitalité incomparable et d'une richesse culturelle profonde, ce petit pays des Balkans mérite amplement d'être exploré. À vos valises !

Que voir, que faire au Kosovo ?

Quand partir au Kosovo ?

Le Kosovo possède un climat qui offre une diversité étonnante. Trois zones climatiques principales se dessinent sur ce territoire à peine plus grand que deux départements français :

 

Au nord-est, la plaine de Kosovo offre des hivers plus rigoureux et des précipitations moindres ;

En contraste, la plaine de Métochie au sud-ouest bénéficie d'un climat méditerranéen tempéré, avec des précipitations plus généreuses et une stabilité saisonnière ;

Les zones montagneuses, notamment les Alpes albanaises, les monts Šar et Kopaonik, présentent un climat alpin avec des températures plus basses et jusqu'à 100 jours de neige par an.

 

Le climat général du pays est humide continental, caractérisé par des étés chauds pouvant atteindre jusqu'à 40 °C et des hivers froids plongeant jusqu'à -30 °C, accompagnés d'importantes précipitations. Pristina, la capitale, et les nombreux monastères du pays sont à visiter toute l'année.

Quand partir au Kosovo si l'on est intéressé par la culture et l'histoire ? Les mois de printemps et d'automne sont parfaits pour la visite de sites historiques, sans la foule des mois d'été. Les tarifs des hébergements sont également plus abordables pendant la basse saison.

La meilleure période pour partir au Kosovo est donc le printemps et l'automne pour une expérience globale. Elle combine un climat agréable et une foule réduite. Si vous partez au Kosovo en mai, vous pourrez profiter du Festival de Jazz de Pristina, un événement majeur sur la scène culturelle du pays.

Concernant les tarifs, la haute saison touristique, qui s'étend de juin à août, connaît une augmentation des prix, surtout dans les zones touristiques. La basse saison, qui concerne les mois d'automne et de printemps, offre non seulement des tarifs plus avantageux, mais aussi une expérience plus authentique.

Aventurier en quête de sensations fortes ou voyageur culturel ? Il y a toujours un bon moment pour découvrir le Kosovo, cette nation cachée des Balkans.

Voyager au Kosovo

  • Trouver un hôtel
  • Location voiture
  • Assurance Voyage
  • Trouver une agence locale
Infos pratiques pour voyager au Kosovo

Si vous disposez d’un véhicule sur place, il vous sera aisé de découvrir le Kosovo. En effet, ce pays est à peine grand comme deux départements français. Toutefois, en raison de l’état des routes et surtout des conditions de circulation il faudra plutôt estimer les temps de parcours en heures plutôt qu’en kilomètres.

D’une manière générale, au départ de Prishtinë/ Priština, l’ensemble du territoire est accessible en 1h30 à 2h.
Si vous ne disposez pas d’un véhicule individuel, il est tout à fait possible de circuler en bus et de recourir le cas échéant, localement à des taxis pour atteindre les sites non desservis par les lignes régulières. Cela prend juste un peu plus de temps.

La taille du pays et sa position géographique le placent comme une étape indispensable lors d’une visite plus générale des Balkans. La durée optimale pour découvrir le pays étant comprise entre 6 et 10 jours.

Comment partir au Kosovo

Comment partir seul

Partir seul au Kosovo offre l'avantage de la flexibilité et de l'indépendance. Assurez-vous de connaître les formalités d'entrée, y compris les exigences en matière de visas et de passeports. La plupart des ressortissants de l'Union européenne peuvent entrer avec une simple carte d'identité.

Ensuite, souscrivez à une assurance voyage qui couvre les frais médicaux et le rapatriement, car les infrastructures médicales locales sont limitées. Consultez également votre médecin pour les vaccinations recommandées avant le départ.

Niveau hébergement, Pristina, la capitale, offre diverses options, des auberges aux hôtels de luxe. Dans les villes plus petites, les options réduites. Si vous prévoyez de conduire, sachez que les permis de l'UE sont généralement reconnus, mais une carte verte d'assurance est nécessaire pour votre véhicule. Les bus et les taxis sont bon marché et fiables. Les villes principales sont bien desservies, mais pour accéder aux zones rurales, une voiture est plus pratique.

En matière de sécurité, le Kosovo est assez sûr pour les voyageurs en solo.

Comment partir en voyage organisé

À vous le Kosovo sans les tracas de la logistique ! Pour commencer, faites vos recherches sur différentes agences de voyages et tour-opérateurs qui proposent des voyages organisés au Kosovo. Vérifiez les avis des clients précédents, les itinéraires, et le rapport qualité-prix. Assurez-vous également que l'agence est fiable et reconnue : elle doit être enregistrée et répondre aux standards de qualité et de sécurité.

Une fois que vous avez choisi une agence, prenez le temps de lire l'itinéraire en détail. Vérifiez s'il couvre les destinations et les activités qui vous intéressent le plus. N'hésitez pas à poser des questions sur les options de logement, les repas inclus, ainsi que sur les transports.

Enfin, assurez-vous que le forfait inclut un guide local compétent qui connaît bien le pays et sa culture. C'est l'idéal non seulement pour enrichir votre expérience, mais pour avoir un aperçu immersif du Kosovo.

Comment se déplacer sur place

Pour se déplacer au Kosovo, plusieurs options sont disponibles. Le réseau de bus est assez développé et constitue une manière économique de voyager entre les villes principales comme Pristina, Peja, et Prizren.

Si vous préférez plus de flexibilité, la location de voiture est également une option viable. Les permis de conduire de l'Union européenne sont reconnus au Kosovo, mais assurez-vous de disposer de la carte verte d'assurance pour votre véhicule. Vous pouvez l'acheter aux postes-frontières ou en ligne.

Les taxis sont une autre option pratique pour les trajets plus courts, notamment en ville. Ils sont généralement abordables, mais il est conseillé de s'entendre sur un prix ou de s'assurer que le compteur fonctionne avant de démarrer le trajet pour éviter les malentendus.

Pour ceux qui séjournent à Pristina, la capitale dispose d'un système de bus urbain et plusieurs lignes de minibus qui desservent les quartiers périphériques ainsi que les villes environnantes.

Reportages & actualités du Kosovo

Organiser son voyage au Kosovo
Transports
Réservez vos billets d'avions
Location voiture
Réservez un train
Partez en bus ou covoiturage
Hébergements & séjours
Trouver un hôtel
Location de vacances
Trouvez votre camping
Séjour tout compris
Voyage sur mesure
Services / Sur place
Activités & visites
Assurance Voyage
Trouver un médecin

Découvrez le Kosovo

Grâce à sa superficie réduite (l’équivalent de deux départements français) et à ses deux plaines centrales, il est facile à sillonner : en voiture ou en bus, il faut moins de trois heures pour traverser le pays. Mais que de choses à découvrir ! Sur le drapeau national, la carte de la petite nation est surmontée de six étoiles représentant « les six ethnies » du pays. Né d’une guerre récente et peu glorieuse, le Kosovo est le plus jeune pays européen, ayant déclaré son indépendance en 2008. Pourtant, l’histoire de cette petite nation en construction est riche et complexe. Elle a notamment été une terre byzantine qui a vu naître la grande dynastie des Nemanjić au Moyen Âge, qui ont offert au Kosovo ses précieux monastères orthodoxes. La nature aussi, ici, est intéressante et propice à la randonnée : presque inhabitées, les montagnes possèdent une biodiversité très riche et d’importantes ressources minières.

Photos et images du Kosovo

Le traditionnel burek. Mariha-kitchen - Shutterstock.Com
Statue d'Ibrahim Rugova à Pristina. Leonid Andronov - Shutterstock.com
Palais de la Jeunesse et des Sports à Pristina. Bas van den Heuvel - Shutterstock.com
Gjilan. Hélène VASSEUR

Les 12 mots-clés au Kosovo

1. #Ajvar

18_pf_164874.jpg

Spécialité culinaire de la Macédoine du Nord imitée à travers tous les Balkans, l’ajvar (prononcez « aï-var ») consiste en une purée de poivrons rouges, épluchés et épépinés, mélangés avec de l'ail et parfois de l’aubergine, que l’on fait cuire doucement dans l’huile d'olive ou de tournesol. Conservé en bocaux, il sera ensuite consommé l’hiver.

2. #Drapeau(x)

Drapeaux de l’Albanie, de la Serbie, de l’UÇK, des États-Unis, de la Turquie, de l’Église orthodoxe serbe… flottent partout. L'officiel, le Flamuri i Kosovës (en albanais) ou Zastava Kosova (en serbo-croate), a été adopté en 2008 avec comme contrainte imposée par l’ONU de ne reprendre ni les couleurs de la Serbie, ni celles de l’Albanie.

3. #Ibrahim Rugova

shutterstock_329719001.jpg

Cet écrivain de renommée internationale (1944-2006), francophile et grand spécialiste de l’œuvre de Roland Barthes, occupe une très grande place dans le cœur des habitants albanais du pays, mais pas forcément dans leurs bibliothèques. Ibrahim Rugova fut en effet le tout premier président de la République du Kosovo, de 1992 jusqu'à sa mort en 2005.

4. #Macchiato e madhe

Venir au Kosovo et ne pas goûter le macchiato e madhe, c’est incontestablement passer à côté d’un élément clé de la culture albanaise locale, surtout dans les villes où tous les bars proposent maintenant ce grand café lacté. Une mode importée d’Italie via l’Albanie dans les années 2000, reléguant le café turc au rang de boisson pour grand-mère.

5. #Merle

Ces oiseaux ont donné leur nom au pays avant même la grande bataille de Kosovo Polje (« champ des merles »), en 1389. Le nom est composé des mots serbo-croates kos, qui signifie « merles », et ovo, suffixe indiquant l’appartenance. Mais aujourd’hui, au-dessus de l’ancien champ de bataille, ce sont plutôt de grosses corneilles qui sont visibles.

6. #Monastères

Ils figurent parmi les plus beaux monuments du Kosovo et des Balkans. Le seul site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco dans le pays, sobrement appelé « monuments médiévaux au Kosovo », est constitué de trois monastères et d’une église orthodoxes serbes érigés sous la dynastie des Nemanjić qui régna sur le territoire du Kosovo de 1166 à 1371.

7. #Mosquées

shutterstock_1313518004.jpg

Si celles de Pristina, de Prizren et de Gjakova/Đakovica valent largement une visite, les petites mosquées kosovares ne peuvent pas jouer dans la même catégorie que leurs fabuleuses grandes sœurs ottomanes de Turquie. Il n’en demeure pas moins que ces petites mosquées et leurs élégants minarets font partie du paysage et du charme du pays.

8. #Newborn

shutterstock_1547550509.jpg

En plein cœur de Pristina, c’est l’un des symboles du Kosovo moderne. Inaugurée le 17 février 2008, jour de la déclaration d’indépendance du pays, cette œuvre d’art contemporain composée de sept pièces en acier s’étale sur 24 m de longueur et forme les lettres capitales N, E, W, B, O, R et N, et le mot anglais newborn, soit « nouveau-né ».

9. #Qebap

Impossible de se promener au Kosovo sans passer devant un qebaptore, le fast-food traditionnel albanais. Les habitants en sont très friands, et ce, dès les premières heures du jour. Les galettes (qofte ou pleskavica selon la taille) ou petites saucisses (qebap) de viande hachée sont cuites sur le gril avec de petits poivrons jaunes piquants.

10. #Soudjouk

Souvent présentée comme une spécialité kosovare, le soudjouk (suxhuk en albanais, sudžuk en serbo-craote) est une saucisse épicée composée de viande de veau ou de bœuf. D’origine turque, on la retrouve sous le même nom et avec presque les mêmes ingrédients de la Grèce à la Croatie, de l’Albanie à l’Arménie et de la Turquie au Kazakhstan.

11. #Trepča

Fondé en 1927, le conglomérat des mines de Trepča fut le deuxième plus grand employeur de Yougoslavie. Autour de Mitrovica (au nord) et de Novo Bdro/Novobërda (à l’est), le Kosovo possède en effet les plus importantes réserves minières des Balkans. Exploitées depuis l’Antiquité, ces ressources ont assuré la richesse des rois serbes au Moyen Âge. 

12. #UÇK

Groupe ultranationaliste albanais sans expérience militaire créé en 1991, l’Armée de libération du Kosovo (Ushtria Çlirimtare e Kosovës) a profité du soutien inattendu des États-Unis pour déclencher la guerre contre le régime totalitaire du président serbe Slobodan Milošević en 1998. Depuis, les membres de cette organisation dominent le pays.

Vous êtes d'ici, si...

Vous avez le sens de l’hospitalité. Lorsqu’on est invité chez un Kosovar, que ce soit chez lui ou simplement dans sa ville, il nous considère comme son hôte, nous plaçant ainsi sous sa responsabilité. Il mettra un point d’honneur à s’acquitter de l’ensemble des frais liés à notre venue, quand bien même son niveau de revenu est faible.

Vous respectez quelques règles de bienséance. Entendez par là : vous retirez vos chaussures avant d’entrer dans une maison, sauf si votre hôte vous en dispense.

Mais vous n’êtes pas forcément ponctuel : dans les Balkans, on prend son temps. Souvent les horaires ne sont pas affichés et quand bien même ils le sont, ils ne sont pas forcément respectés. S’en énerver n’y changera rien.

Enfin, vous respectez – enfin, vous essayez – les différentes communautés. Certaines tensions sont toujours présentes. Tous les habitants, à un moment ou à un autre, ont été victimes du conflit. Il convient de respecter ses interlocuteurs et de ne pas les provoquer.

Carte du Kosovo

Tobago
Découvrez
Tobago
Déposer un avis Jeu concours